Paroles du mois - Paroisses Bruche/ Hasel. Pèlerinage Alsace, Messes des églises, Oberhaslach, Niederhaslach, Urmatt, Heiligenberg

Aller au contenu

Menu principal :



Chers amis,

La chandeleur.
Le 2 février, quarante jours après Noël (le chiffre n'est pas un
hasard, et rappelle déjà les 40 années d'errance du peuple juif dans le
désert), l’Église célèbre la fête de la Présentation du Seigneur.
L'évangéliste Luc nous rapporte la belle prière du vieillard Syméon tenant
Jésus entre ses bras : "Mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face
de tous les peuples : lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire
d'Israël ton peuple" (Luc 2, 30-32).
A cause de ces paroles, où Jésus est reconnu comme Lumière, cette
fête s'appelle aussi la Chandeleur. Chandeleur vient précisément de
candela - la chandelle - reprise dans l'expression Festa candelarum, fête des
chandelles. (fête des "chandelles", de la lumière). Aujourd'hui, on bénit les
cierges pour rappeler que Jésus est lumière du monde.
La "chandeleur" tient son nom des "chandelles" offertes au Temple 40 jours
après la naissance d'un garçon par une mère pour sa purification rituelle,
soit le 2 février pour Marie.
Le 2 février de la Chandeleur est une date chrétienne avec des origines
juives : rachat de Jésus et purification de sa mère Marie au Temple !
Déjà, la lumière de pâques luit à travers cette fête :
La mère juive d’un garçon premier né, quarante jours après sa
naissance, va au bain du Mikvé…ce sont les « relevailles » que suivra
Marie avant d’aller au Temple, « racheter » a Dieu son premier né :
souvenir des premiers nés juifs épargnés par l’ ange de la mort en Egypte.
Le rachat se faisait paisiblement sous la forme d’ un pigeon offert en
sacrifice, or depuis la destruction du Temple, les juifs ne font plus de
sacrifices et depuis, les mères juives d’ un premier né mâle procèdent au «
rachat » auprès d’ un COHEN (grand prêtre).
Antique souvenir et association dans la mémoire collective, je suis
certain que les dames chrétiennes qui célèbrent la Chandeleur en faisant
sauter une crêpe dans le poêle, tout en tenant dans leur main une pièce d'or
ou de monnaie , ne savent pas qu il s’agit de la fameuse obole du «rachat»

Le nom que portait cette fête : 'Purification de la Vierge', jusqu'en
1969 n'était pas si bête, et avait des racines bien bibliques : La Chandeleur
est l’ antique souvenir des relevailles de Marie et de la présentation de Jésus
au Temple pour son « rachat » à Dieu, la présence de la crêpe est quant à
elle le souvenir d’un rite païen en l’ honneur du rond solaire, en usage
depuis le pape Gélase (IVe siècle)
Le 2 février est également la fête de la vie consacrée, des religieux :
Au commencement est le don : don de la vie, don de l'amour, don de la foi
L'Évangile s'ouvre sur le don de Marie et de Joseph au Temple : ce petit
enfant est offert - consacré - au Seigneur.
Le vieillard Syméon annonce que cet enfant, par le don libre et total
de sa vie, sera Lumière pour tous. La Bonne Nouvelle du salut s'éclaire de
cette dynamique ouverte définitivement dans le mystère pascal : «Il n'y a
pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis».
À la suite du Christ, les baptisés sont appelés, de diverses manières,
à comprendre et à construire leur existence sous le signe du don : apprendre
au fil des années à donner et à recevoir se donner pleinement dans le
mariage engager toute sa vie en communauté avec d'autres à la manière de
tel ou tel grand témoin de la foi Devenir chrétien, c'est l'apprentissage lent
et patient mais fécond d'une vie donnée.
Les religieux et religieuses, qui consacrent d'une manière originale
et particulière leur vie, manifestent - modestement mais radicalement - dans
l'Église et dans notre société, la possibilité d'un don de soi dans un projet de
vie tournée vers les autres et vers Dieu. L'obéissance, le célibat et la
pauvreté sont alors l'expression concrète d'une volonté qui se décentre
d'elle-même pour librement recevoir de l'autre - de la communauté - sa
mission à la suite du Christ. La vie consacrée nous rappelle que Dieu nous
donne gratuitement de nous donner librement !
Faites donc sauter les crêpes, mais ayez déjà le regard fixé sur la fête
de pâques. Ayez aussi une pensée affectueuse et surtout une prière pour tous
les religieux et religieuses qui se sont donnés à la suite du Christ.
Votre curé.




Retourner au contenu | Retourner au menu