EDITORIAL Avril 2021 - Paroisses Bruche/ Hasel. Pèlerinage Alsace, Messes des églises, Oberhaslach, Niederhaslach, Urmatt, Heiligenberg

Oberhaslach - Niederhaslach - Urmatt - Heiligenberg
Aller au contenu

Menu principal :

EDITORIAL Avril 2021
Chers Paroissiens,

Pendant la semaine Sainte, l’Eglise se plonge davantage dans le mystère pascal du Christ, Lui qui « en aimant les siens, les aima jusqu’au bout ». C’est la semaine de l’Amour de Dieu, puisque devant nos yeux sera manifestée la puissance de l’amour qui engloutit la mort. Or, dans le monde contemporain, les manifestations de mort semblent beaucoup plus abondantes que celles de vie : de plus en plus d’attentats terroristes, l'angoisse du Covid, des manifestations d’extrémisme de toutes parts, des familles déchirées, des enfants abusés, le taux de suicide énorme, enfin, la mort semble régner !

Eh bien, le chrétien ose l’amour. Le chrétien ose l’espérance. Le Christ Ressuscité est la preuve que la mort existe pour être traversée, et non pas pour être la fin de tout.

Voilà la grande dynamique de notre salut : La Résurrection est la réponse du Père au don total de son Fils. Nous, baptisés, par chaque mort quotidienne, nous nous offrons et nous nous recevrons des mains du Père. Celui qui donne son consentement au don de sa propre vie et fait de ce mouvement un don d’amour, recevra en retour sa propre vie transfigurée parce que reçue des mains même de Dieu. Le monde lui-même sera métamorphosé car c’est le Christ la source de l’univers, « tout a été fait par Lui », nous disait Saint Jean dans son prologue. Et tout est en train d’être refait par Lui, dans la dynamique de mort et vie, croix et résurrection, don et accueil. Voilà la logique de Dieu, si nous pouvons parler d’une logique. C’est plutôt une sagesse.

Toute haine, désespoir, maladie, souffrance, a déjà été englouti par la mort et résurrection de Jésus. Le bien est déjà victorieux, sauf que nos yeux sont trop blessés et nous ne sommes pas éduqués pour voir l’amour et le bien, qui sont si discrets mais cependant éternels ! Tant de vies données, tant de personnes qui se donnent à fond aux autres, aux nécessiteux, une Mère Teresa, un Jean Paul II , et une multitude d’anonymes qui, comme Jésus, aiment jusqu’au bout. Voilà la puissance de la Croix et de la Résurrection qui transforment par l’intérieur les cœurs qui refusent la médiocrité.

Que faut-il faire, alors ? Nous savons que la liturgie « actualise » ce qu’elle célèbre. C’est-à-dire, puisque le mystère pascal atteint tous les temps parce qu’il s’inscrit dans l’éternité de Dieu, en le célébrant en cette semaine de manière plus intense, l’Eglise nous met en contact directe avec tous ces événements.

La puissance de l’amour de Dieu est plus que jamais à notre portée. Il faut donc nous « exposer » à cet amour, par la prière, la méditation de la Parole, la participation fervente aux célébrations liturgiques. Il faut désirer recevoir de Dieu une vie nouvelle. Il faut y croire aussi. « Entrons dans le combat du Christ », nous dit la liturgie du carême. Nous devons en quelque sorte, en nous saisissant des paroles de Saint Thomas, « nous aussi mourir avec Lui ». Nous ne pouvons pas vivre cette semaine comme toutes les autres. Il est urgent de ne pas laisser passer la Grâce de Dieu qui est là. Dieu ne nous demande que de petits gestes, mais pleins de signification, pour qu’Il fasse tout le reste : éteindre notre télé, ne pas nous laisser engloutir par tant de distractions et vivre cette semaine comme une « retraite ».

Oui, frères, laissons résonner dans nos cœurs le cri que la Parole de Dieu nous lance : « Aujourd’hui, si vous entendez ma voix, n’endurcissez pas votre cœur comme autrefois »(He 3,7-8) « Voici le temps favorable ! Maintenant est le jour du salut ! » (II Co 6, 2). Que la Vierge Marie, témoin privilégiée de tous les événements de notre salut, nous aide à nous « laisser faire » par la Grâce de Dieu. Bonne semaine sainte à tous.

Votre Curé



Retourner au contenu | Retourner au menu