google-site-verification=5eXhz2xcl2CCONFtziDQwRWfefasU4ksuWwWfIIDKfE

EDITORIAL Avril 2021 - Paroisses Bruche/ Hasel. Pèlerinage Alsace, Messes des églises, Oberhaslach, Niederhaslach, Urmatt, Heiligenberg

Oberhaslach - Niederhaslach - Urmatt - Heiligenberg
Aller au contenu
EDITORIAL Juin 2021

« Pourquoi sommes-nous si avares de nous-mêmes ? »*

Nous venons de traverser de longs mois éprouvants et contraignants. Le virus aura infecté nos corps – pour les uns - et notre mental à nous tous. Nos liens affectifs, familiaux ou amicaux se sont distendus. Nous avons subi l’inflation médiatique ainsi que le matraquage des informations contradictoires.

Celles et ceux qui subsistaient difficilement ont encore davantage été « blessés » par la crise sanitaire : chômage, divorce, loyers impayés, cantine pour les enfants impayée, soins sanitaires restreints, recours à l’aide alimentaire, peur des lendemains qui ne chantent plus (les visages de certaines personnes en situation de précarité  surgissent en moi : Catherine (80 ans roumaine d’origine, en situation sanitaire, sociale et matérielle précaire.), David, Valérie et leur fils subsistant péniblement, Patricia (mère de famille de 34 ans, au chômage, en instance de divorce, malade), Angélique (mari au chômage, 3 enfants en bas âge vivant dans un petit appartement), Robert (65 ans SDF)...) Sans parler de nos aînés confinés dans la solitude, loin de leurs familles et de leurs amis.

Bravo à vous, chers amis, qui avez su, malgré tout, retisser des liens de fraternité et de solidarité. Bravo à vous, sœurs et frères en Christ ou en humanité qui avez osé des gestes de partage. Bravo à vous qui avez rallumé des étoiles de joie dans les yeux de celles et ceux qui s’enfonçaient dans la déprime...

Le printemps est arrivé, avec foi, nous avons célébré la Pâque de Jésus, le surgissement de la Vie. Voici venir l’été : la nature a remis ses habits colorés et fleuris. Fermons le livre des lamentations et des jérémiades. « Levons les yeux vers le Seigneur ». L’Esprit de notre Dieu efface de nos cœurs la peur et le désespoir. A nous de Lui ouvrir grand notre cœur. A nous de recevoir Jésus dans la communion à son corps. A nous de nous laisser habiter par sa Parole, de nous laisser bousculer par elle.

Nous allons plus particulièrement fêter notre Dieu à la fête du très saint Sacrement du corps et du sang du Christ. Une foi sans pratique est condamnée à s’étioler. Être « pratiquant » c’est participer aux célébrations eucharistiques communautaires dans nos églises. C’est là , la source à laquelle nous nous désaltérons, c’est là qu’est la vraie nourriture.

Mais être « pratiquant » c’est aussi, après avoir puisé à la Source, concrétiser notre proximité avec les pauvres et les petits dans nos villages, nos quartiers et au-delà, par des actes.

Jésus nous le rappelle en St Matthieu : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »  Mt 22,37-39. Notre proximité fraternelle avec les plus fragiles ne devra pas être l’attitude hautaine et tapageuse des riches pharisiens mais plutôt celle de la pauvre veuve de l’évangile (Mc 12,41-44). Pratiquer la charité non pas en faisant sonner de la trompette à grands renfort des médias ! Soyons « Tous frères »** en ayant nous-mêmes pris conscience de notre intime pauvreté  et sachant que notre richesse est en Dieu seul.

L’invitation au partage dans la 1ère Lettre de Saint Jean s’adresse à nous aujourd’hui : « Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s’il voit son frère dans le besoin sans faire preuve de compassion, comment l’amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ? Petits-enfants, n’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. »

L’arrivée des beaux jours, avec des impératifs sanitaires moins contraignants, sera pour nous le temps de l’espérance ; l’occasion de laisser Jésus raviver en nous la flamme de la charité. Devenons davantage les instruments de l’amour de Dieu auprès des pauvres et des petits et de tous nos prochains ! Ne soyons pas avares de nous-mêmes ! Bel été à toutes et à tous.
Retourner au contenu